< Retour à la page d’accueil

Entreprendre : projet de pharmaciens

L’agencement de la pharmacie des Augustins : simple et efficace

Pour l’agencement, Aurélie et Alexandre ont fait appel à un agenceur spécialisé en pharmacie. Leur demande est simple : faciliter le fl ux et mettre en valeur l’offre produits élargie et les services.

Miniature de l'article

Les six comptoirs, blancs, seront disposés au fond de l’espace de vente, face à la porte d’entrée. Un comptoir d’accueil est prévu, pour drainer le flux entre la partie pharmacie et l’espace dédié au matériel médical installé à droite de l’entrée. Dans l’espace de vente, cinq gondoles basses, de 1,40 m de hauteur, seront disposées dans le sens de la longueur et seront entourées de deux linéaires sur les murs latéraux. Au total, 286 mètres linéaires sont prévus pour exposer l’offre produits, auxquels il faut ajouter 54 mètres linéaires pour le MAD et 76 mètres linéaires derrière les comptoirs. « Ces linéaires vont permettre de recevoir une offre de parapharmacie élargie, enrichie. Nous avons déjà prévu de référencer de nouvelles gammes, dont La RochePosay et Nuxe, et une offre Bio. » Un sol uniforme est prévu pour l’ensemble de l’espace client : « Nous avons opté pour un carrelage imitation parquet. Le choix n’est pas arrêté mais il sera dans les teintes claires ». Les meubles seront gris et équipés de tablettes métalliques. « Nous avions fait les plans d’agencement dès le mois de février 2017. Le choix des meubles a été fait sur papier et nous devons maintenant les voir ». Côté vitrine, un mot d’ordre : sobriété. « Nous ne voulons pas de panneaux PLV dans les vitrines. Peut-être que nous opterons pour une vitrophanie microperforée, mais rien n’est décidé ».

Faire du pilier central un atout

Dans la partie centrale, la pharmacie s’ouvre sur un haut plafond, soutenu par un pilier central de 4,20 m. Une baie vitrée placée en hauteur donne un puits de lumière.« Nous ne savons pas encore comment nous allons habiller ce pilier mais nous sommes d’accord pour le mettre en valeur. En mur végétal par exemple, ou en y exposant de vieux médicaments des années 1950, en clin d’œil à notre prédécesseur (le précédent titulaire de la pharmacie du Centre)». Aurélie Perrault souhaite développer le segment médecine naturelle, avec plus d’herboristerie et une valorisation de l’offre en aromathérapie et phytothérapie. De son côté, Alexandre Perrault disposera d’un espace MAD digne de ce nom et une offre de confort complète : « Nous continuerons à travailler avec notre prestataire de MAD. Actuellement, avec les deux pharmacies, nous avons quarante lits. Il y a un réel besoin ». Un local HPST permettra de développer les nouveaux services : « Nous allons enfin pouvoir disposer d’un vrai espace de confidentialité et développer les nouvelles missions. D’ailleurs, outre les entretiens pharmaceutiques et le bilan de médication, nous avons déjà envisagé la mise en place de rendez-vous diététiques. Ils seront assurés par une de nos préparatrices qui est également diététicienne. »

Une pharmacie aujourd’hui

La technologie entre également dans la pharmacie savinoise, d’autant plus que c’est un domaine qu’Alexandre Perrault affectionne particulièrement. Mais le pharmacien impose une règle : « La technologie pour faciliter les services est la bienvenue mais elle ne doit pas court-circuiter le passage à la pharmacie. J’aimerais développer un service click-and-collect. À l’entrée de l’espace MAD, je prévois également d’installer une tablette qui permettra de consulter le catalogue des produits. Elle sera constamment connectée en wifi avec le site de notre fournisseur, ce qui nous permettra de connaître les stocks en temps réel. Grâce à notre logiciel, une application sera proposée aux patients pour nous faire parvenir leur ordonnance ».